UNE RESSOURCE PRÉCIEUSE À PRÉSERVER

UNE RESSOURCE PRÉCIEUSE À PRÉSERVER

Retour à notre impact

L’eau recouvre 70 % de la surface de notre planète, dont seulement 1 % d’eau douce est disponible pour notre utilisation. Chaque jour qui passe rend cette ressource plus précieuse.
D’après les Nations Unies, au cours du siècle dernier, l’utilisation de l’eau dans le monde a augmenté plus de deux fois plus vite que l’augmentation de la population, et un nombre croissant de régions atteignent maintenant le moment à partir duquel l’approvisionnement en eau n’est plus durable. Cela est particulièrement vrai dans les zones urbaines à forte expansion, qui pèsent lourd sur les ressources voisines, et ça l’est encore plus à Mexico, où la majeure partie des réserves d’eau provient d’un immense aquifère sous-terrain. Celui-ci est actuellement pompé plus vite qu’il ne peut se régénérer, ce qui cause des coupures d’eau de plus en plus fréquentes dans certains quartiers de la ville.
 Le problème est particulièrement marqué à Iztapalapa, le quartier le plus pauvre et le plus peuplé, où beaucoup des près de deux millions de résidents ne disposent plus d’eau du robinet et sont contraints de s’approvisionner à des camions citernes connus sous le nom de pipas. Cependant, les livraisons sont parfois sporadiques et il n’est pas rare que les habitants fassent la queue des nuits entières pour être sûrs de ne pas manquer le passage des pipas. 

Cette situation était l’une des préoccupations de Fernando Gallegos, Ingénieur en mécanique chez le fournisseur de solutions pour infrastructures Arcosa, lors de la planification d’un nouveau projet à Iztapalapa, en 2017. Il avait été demandé à son entreprise de construire un nouvel entrepôt frigorifique ainsi qu’une infrastructure de congélation rapide pour le leader mexicain des franchises de fast-food. L’usine actuelle ne pouvant plus répondre à la demande, l’objectif était d’en construire une nouvelle afin de doubler la capacité. 


« Nous savions que l’approvisionnement en eau allait être un facteur limitant, parce que le quartier d’Iztapalapa est l’un des plus touchés par la pénurie.»

Fernando Gallegos
Ingénieur en mécanique ARCOSA


Fernando Gallegos se souvient : « Nous savions que l’approvisionnement en eau allait être un facteur limitant, parce que le quartier d’Iztapalapa est l’un des plus touchés par la pénurie. Puis je me suis rappelé qu’un jour, Omar Juárez, qui travaille chez Güntner, m’avait expliqué que les condenseurs adiabatiques consomment beaucoup moins d’eau que les condenseurs par évaporation. J’ai donc décidé de lui passer un coup de fil. » 
« C’est vrai », confirme Omar Juárez, Responsable commercial Réfrigération industrielle et refroidissement des processus chez Güntner. « Le condenseur par évaporation utilise de l’eau 24 heures par jour, 365 jours par an, là où le condenseur adiabatique est conçu pour fonctionner en mode humide moins d’un quart de ce temps. Dans ce cas de figure, l’avantage consistait aussi à réaliser des économies d’énergie supplémentaires, parce qu’avec les conditions météorologiques à Mexico, les ventilateurs n’auraient pas besoin de tourner en permanence. »  
Il était également important de réduire l’utilisation des ventilateurs parce que la nouvelle usine allait être édifiée au milieu d’un quartier résidentiel. La solution a consisté à installer des condenseurs adiabatiques hydroBLUTM de Güntner au sein d’un seul et même système, pouvant servir à la fois à la nouvelle usine et à l’ancienne. La nuit, la vitesse des ventilateurs serait réduite à 20 ou 30 % de leur vitesse normale afin de limiter la gêne sonore pour les habitants. 
La nouvelle installation a permis de réaliser d’importantes économies d’eau : aujourd’hui, l’ancienne usine et la nouvelle, qui servent d’entrepôt frigorifique au plus grand marché de fruits de mer de la ville, consomment à elles deux la même quantité d’eau que ce que consommait l’usine d’origine.
Fernando Gallegos confirme que la société Arcosa est satisfaite à plus d’un titre. Premièrement, parce que le projet a contribué à faire baisser les factures d’eau et d’électricité, et deuxièmement, parce que les usines dépendent moins qu’avant de l’approvisionnement des pipas. En outre, en prenant ses responsabilités très au sérieux en matière de durabilité, dans ce projet comme dans tous les projets qu’elle entreprend, la société Arcosa, tout comme Güntner, a réussi à limiter l’utilisation d’une ressource de plus en plus rare. 

« Je tire une grande fierté et une grande satisfaction de ce projet », témoigne Fernando Gallegos.