LA MÉDAILLE DE L’ÉCOLOGIE POUR PÉKIN

LA MÉDAILLE DE L’ÉCOLOGIE POUR PÉKIN

Retour à notre impact

Les Jeux olympiques et paralympiques d’hiver de février 2022, qui se tiendront à Pékin, en Chine, promettent de ne ressembler à aucune autre compétition olympique à ce jour. Le président chinois Xi Jinping a en effet annoncé que son pays avait l’intention d’organiser un événement aussi respectueux de l’environnement que possible. En accord avec les objectifs de développement durable des Nations Unies, ces Jeux 2022 devraient selon ses mots être « écologiques, inclusifs, ouverts et propres ». Ainsi, pour la première fois dans l’histoire des Jeux olympiques, tous les sites situés dans la capitale chinoise et la province voisine du Hebei seront alimentés par une énergie verte, issue des riches ressources éoliennes et solaires de la ville co-organisatrice de Zhangjiakou. De plus, plutôt que de construire de nouvelles infrastructures, les organisateurs vont adapter les bâtiments existants. C’est notamment le cas du Centre national de natation de Pékin, dont la piscine sera transformée en piste de curling.

La seule exception est le nouvel Anneau national de patinage de vitesse. Surnommé « The Ice Ribbon », soit « Le ruban de glace », cet imposant édifice abritera 12 000 spectateurs lors des J.O., au cours desquels 14 médailles d’or seront décernées. Sa remarquable façade extérieure ovale, imaginée par le cabinet d’architectes Populous, ressemble à un cocon. Les 22 « rubans » de verre dont elle est constituée symbolisent les traces que laissent les patins sur la glace. De nuit, ces « rubans » s’illuminent en un camaïeu de couleurs changeantes. De jour, en revanche, fidèles aux promesses écologiques de ces J.O., ils se transforment en véritables panneaux photovoltaïques générateurs d’électricité.

À l’intérieur, les 12 000 mètres carrés de glace de cet espace en font la plus grande patinoire couverte d’Asie. Et l’innovation technologique ne s’arrête pas là : pour la première fois encore dans l’histoire des Jeux, la glace sera produite à l’aide d’un système de refroidissement direct transcritique fonctionnant au dioxyde de carbone. Pour Juan Antonio Samaranch, président de la Commission de coordination du Comité olympique international pour Beijing 2022, il s’agit là d’une « décision historique ».

Comme l’explique Gui Lin, qui travaille au service de planification et de construction du Comité d’organisation des Jeux : « Lors de tous les Jeux olympiques d’hiver précédents, les infrastructures de patinage de vitesse fonctionnaient avec des frigorigènes au fréon. Les nouveaux frigorigènes utilisés ici, à base de dioxyde de carbone naturel, n’ont aucun impact sur l’environnement ». Entièrement modulaire, le système de réfrigération construit par Pan China Sports peut maintenir une température uniforme à 0,5 °C près, sur l’ensemble de la surface de glace. Il a été conçu par la société Hua Shang International Engineering, qui a puisé dans le savoir-faire des spécialistes suédois des patinoires EKA, ainsi que dans les technologies de pointe de Haier Carrier et de Güntner, lequel a fourni six refroidisseurs de gaz adiabatiques grand format V-Shape VARIO.


« IL S’AGISSAIT DU PLUS GRAND PROJET AU CO2 JAMAIS REALISE EN CHINE. »

Jason Dai
RESPONSABLE COMMERCIAL, güntner


À en croire Jason Dai, Responsable commercial chez Güntner, « Il s’agissait du plus grand projet au CO2 jamais réalisé en Chine, donc c’était un chantier historique. C’était aussi très complexe, car il fallait s’assurer que les refroidisseurs fonctionnent parfaitement pour l’ensemble du système de réfrigération. » La technologie choisie offre également une efficacité énergétique bien supérieure à celle des précédents systèmes. Song Jiafeng, Directeur exécutif adjoint du « Ruban de glace », le confirme : « La consommation énergétique de ce système de production de glace est 20 % inférieure à celle des systèmes au fréon ». En outre, la chaleur résiduelle dégagée par le système de réfrigération servira à chauffer l’eau domestique utilisée par les sportifs ainsi qu’aux opérations de maintenance de la surface de glace.

QUAND LES JEUX SERONT TERMINES, L’ANNEAU NATIONAL DE PATINAGE DE VITESSE ACCUEILLERA DES ENTRAINEMENTS ET DES COMPETITIONS DE SPORT SUR GLACE, MAIS AUSSI LE GRAND PUBLIC. CE FUTUR POINT DE RENCONTRE POUR LES HABITANTS S’INSCRIT DANS DIFFERENTES INITIATIVES DE POPULARISATION DES SPORTS D’HIVER DEJA MISES EN ŒUVRE PAR LA CHINE.